Background Image

[lectures] Recueil De Nouvelles

Discussion in 'French' started by Soledon, Jun 14, 2014.

  1. Idem.
    PS : WoW médiévale fantastique ? Laisse moi rire :D c'est juste du fantastique ;)
  2. CreatorOfMoon Creator Well-Known Member

    Griffacier avait tenter un sujet RP qui a pas vraiment marché, mais dans son Thread Kerridwen a laissé ça :

    Je suppose qu'il aurait lui aussi des nouvelles a conter ^^



    Personnellement j'ai déjà tenté, mais j'aime souvent me faire une histoire, prendre les grand axes, commencer a l'écrire Et .... Me lasser, ce qui fait que j'ai jamais dépassé la 3ème page d'écriture, donc compte pas sur moi ^^


    Edit: et j'ai oublié le plus important ^^ ! Très belle nouvelle, j'adore vraiment ton histoire, elle est sombre et pas trop gore pour du Warhammer 40000, on sens même la peur du personnage ^^
    Un peu court peut être, mais c'est que j'aime bien les "Pavay" moi ( ;) Sir )
    La fin est surtout énigmatique, et vu la façon dont ça se termine on ne saura sans doute jamais ce qu'a dit le SMC ^^ ça c'est énervant (la curiosité est un vilain défaut je sais ^^')
    Mr-quifaitmal likes this.
  3. Alric Soledon Cipher

    C'est un sinistre topic anonyme sur un forum, et je n'ai pas précisé "QUE DU 40K MÉCRÉANTS !" :rolleyes:
  4. Pour ma part, j'en ai deux, que j'ai écrite il y a longtemps!

    Excursion Impériale

    Le soldat Niel marchait à pas de loup dans la grande mangrove de ce monde perdu , comme il l'avait déjà tant fait dans d'autres mondes auparavant ...
    Mais dans ce monde là , quelque chose le chiffonnait ...Il avait l'impression que quelque chose l'observait avec un intérêt tout relatif ...
    Il continua son exploration quand il entendit un grésillement , son oreillette émettait le signal annonçant à toutes les sentinelles de rentrer au QG de campagne faire leur rapport ...
    ------
    Le Colonel Krasus tenait le terrain sur lequel ils avaient pris campement depuis plusieurs jours , à vrai dire depuis que son général avait connu un mort affreuse due à une maladie qu'il avait attrapé lors de la 13ème croisade noire , quand lui et ses troupes avaient été confrontés au culte hideux de Nurgle .
    Tout semblait aller bien , sur ce caillou recouvert de mangroves puantes de l'espace , oui , tout semblait aller bien . C'est en tout cas ce que pensaient les 28 gardes de l'escouade amenée ici pour préparer à la colonisation du monde . Mais Krasus , de par son expérience savait que cela ne pouvait avoir lieu , mais ne voulait rien en dire à ses hommes , dont le moral était au beau fixe ...
    Il regarda sa plaquette de données et se appela son aide de camp . Il lui dit d'envoyer le signal de rappel aux sentinelles , pour qu'elles viennent lui faire leurs rapports .
    Il se retourna dans sa cabane , quand il entendit un cri déchirant . Il n'eut que le temps de se retourner pour voir le lame empoisonnée lui rentrer dans le torse , et la dernière chose qu'il vit était le rictus malsain de la tête de l'eldar noir qui l'avait poignardé ...
    ------
    Niel envoya son signal pour annoncer qu'il arrivait , et par la même reçu celui de toute les autres sentinelles qui rentraient de leurs ronde . Il soupira en se disant qu'il n'y avait eu aucun problème et que comme il le pensait , les soupçons de son Colonel n'étaient en aucuns cas fondés .
    Il arriva en bordure du campement , et il entendit une chose qui le dérangeait , ou plutôt il n'entendit rien . Cela était pour le moins étrange car selon son expérience, il savait quels bruits audibles venaient des campements .
    Doutant pour le moins de ses questions , il donna aux sentinelles des instructions leur signifiant de ne pas rentrer dans le camp tant que les autres n'étaient pas arrivées ...
    ------
    Sylvarion , second de Niel , reçu l'instruction de se regrouper aux abords du camp , et le signala aux trois soldats qu'il avait trouvé revenant de leurs explorations . Il avança le plus doucement qu'il lui était possible , en se maudissant à chaque fois qu'il faisait craquer une branche morte ou un brin d'herbe sous ses pieds , en remarquant que toutefois il en était de même avec les trois autres .
    Il arriva enfin en vu du camp , et retrouva un Niel préoccupé ...
    ------
    Niel cessa de se poser des questions quand il vit arriver Sylvarion avec les trois autre sentinelles .
    Il leur expliqua la situation , leurs donnant des ordres précis sur la marche à suivre .
    Il pénétrèrent dans le camp , fusil laser à la main , en regardant de partout . de prime abord il n'y avait rien .Ils se dirigèrent vers la cabane du Colonel quand soudain le soldat Quazear poussa un juron sonore . Il montra du doigt la raison .
    Tous tournèrent la tête et comprirent alors pour quelle raison il n'y avait aucun bruit ....
    Niel arracha le poignard du torse du Colonel Krasus , cela détachant le corps sans vie du mur . Il l'étudia et adressa une prière au saint empereur de Terra ainsi qu'à l'esprit défunt du colonel ...
    Il avait vu juste , ils n'étaient pas seuls . Ils se trouvaient en présence de la pire engeance du chaos , des Eldars noirs ...
    ------
    Après avoir récupéré tout chose viable dans le campement , Niel suivit des derniers survivants , partirent dans la foret , sans but autre que de trouver et annihiler ces horribles monstres . Niel dut tout de même remercier mentalement les eldars noirs ,car leurs rituels macabres lui permettait de les suivre à la trace .
    En effet sur la terre sèche ainsi que sur les feuilles de la végétation ambiante il y avait des traces de sang frais , appartenant le plus surement possible aux victimes des eldars ...
    Ils arrivèrent dans une clairière , quand Niel se mis à son tour à pousser un juron . Devant lui se trouvait les cadavres des eldars noirs ...
    Il se retourna pour demander conseil aux autres sentinelles , mais il vit qu'il se trouvait seule , les autres , cadavres désarticulés , se trouvaient cà-et là avec un gros trou et sur le visage une expression démontrant leur étonnement .
    Niel n'eu même pas le temps de se rendre compte qu'il était mort , quand il vu un point rouge sur son cœur , qui se propageait .Il mourut avant de toucher terre ...
    ------
    Le cibleur avait apposé son désignateur laser sur le dernier Gue'la . Celui-ci se fit descendre par les membres de son escouade .
    Le Shas'la envoya un message à son commandeur , lui signifiant que le monde était vierge de toute vie ennemie .
    La colonisation pouvait enfin commencer ...





    ----------------------------------------------------------------
  5. Que Se Passe T'il Après Qu'un Prince Démon Soit Banni Dans Le Warp ?, Ou comment s'occuper quand ya le bord*l à la cité u ...

    Il hurla. D'immenses clous d'airains étaient fichés dans ses grandes ailes diaphanes. Son corps n'était plus que douleur. Il se tenait là, maintenu sur le mur , le corps parsemé d'une multitude de ces clous qui déchiraient ses chairs. Mais ce n'étaient pas ces clous qui lui faisaient subir une éternelle agonie. Non, ce n'étaient pas ces clous, mais plutôt la forme obscène qu'ils dessinaient sur son torse. L'étoile à 8 branches, le signe du chaos universel, réunissant pas moins d'une centaine de ces clous d'airain irradiaient tout son corps d'une douleur surréaliste, d'une douleur qui ne pouvait être ressentie ailleurs que dans cet endroit précis. Un douleur telle que seuls les méandres corrompus du Warp étaient à même de générer.
    Au bout d'un certain temps, jours, mois, années, siècles ou millénaires, il n'aurait pu le dire, il revit pour la première fois la clarté rougeâtre de la lumière qui irradiait de chaque parcelle de pierre. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, les portes de sa geôle furent ouvertes. Par ces portes passa une voix, une écharde glaciale s'adressant au prince démon.

    -" Tu sais pourquoi tu es là. Tu sais pourquoi, depuis des millénaires tu te retrouves à subir la châtiment sans fin. Tu le sais. Tout comme moi, tu sais aussi très bien qu'il n'existe pas de pardon de la part de notre dieu. Du sang pour le dieu du sang! Mais toutefois, dans sa grande magnificence, notre maître Khorne a daigné t'accorder une dernière chance. Il te laisse une occasion, et une seule, de te racheter. Ne trahis pas ces bons sentiments, car sinon ton supplice te paraîtra extrêmement doux comparé à ce qui pourrait t'attendre si tu déçois Khorne une fois de trop."

    Sur ces mots, tout les clous d'airains disparurent instantanément, comme s'ils n'avaient jamais existé. Le prince démon chuta et s'affaissa à terre, redécouvrant les sentiments qui avaient été inhibés par les solides échardes du chaos. Il n'avait connu que souffrance, mais reparaissaient en lui la haine, l'envie et l'orgueil. Un orgueil mêlé de honte envers lui même. Mais cependant, un sentiment se dressait en maître, surplombant tout les autres. Le sentiment de vengeance. Il avait été vaincu et déchu. Mais cette fois-ci, au nom de Khorne, il pourrait se racheter et refaire couler le sang. Retrouver ses ennemis et faire rouler leurs crânes exsangues aux pieds du grand trône d'airain.
    Il poussa un cri de rage entremêlé de haine, cri qui fut entendu de part et d'autre de la citadelle d'airain.

    Une nouvelle croisade démoniaque allait commencer...
  6. Je m'y mettrai quand j'aurai ET le temps, EEEEEET l'envie, mais pour l'instant je sais pas quoi raconter...
  7. Alric Soledon Cipher

    Puisque je suis tout guilleret (attention c'est long) :


    L'espace! Froid comme la glace et infini comme les possibilités. Depuis dix mille ans et la fin de la Grande Trahison, le sorcier en avait fait sa demeure, son refuge loin de la guerre et de la barbarie, loin de la folie de l'Empereur et de la soif de sang du maître de guerre.

    Depuis dix mille ans les tours de Prospero étaient tombées, marquant la fin d'un âge de sagesse, l'avortement d'un futur de connaissance et de savoir. Sous les coups de boutoir des loups fous de Fenris, les Mille Fils avaient été contraints à la fuite et à la déchéance, soumis au destin et promis à la guerre. Mais pas lui.

    Il avait renié l'Empereur et son rêve tourné vers le passé. Il avait délaissé Magnus et la folie qui s'était emparé de lui. Prenant quelques-uns parmi les plus sages de sa compagnie, il s'était enfuit de parmi les siens, choisissant le chemin de traverse qui le conduirait vers les innombrables possibilités de son futur. Il avait été Novus, capitaine de la dix-huitième compagnie des Thousand Sons, maître du savoir et seigneur sorcier. Maintenant, il était un renégat parmi les siens mais un élu de l'Architecte du Changement.

    Son seigneur lui avait accordé de vivre dans sa tour, retiré du monde, libre d'étudier les infinies possibilités du Warp à sa guise. Depuis des millénaires, la gigantesque construction flottait dans l'immensité du vide. Longue de plusieurs centaines de kilomètres, la flèche de cristal paraissait être le chef d'œuvre d'un architecte génial. Ou totalement dément.

    Chacune de ses facettes reflétaient la lumière des milliers d'étoiles alentours alors même que des flammes bleues et blanches brûlaient éternellement dans le vide de l'espace. Telle une ceinture de diamant, neuf grands anneaux étincelant tournaient autour de la structure démentielle, reliés les uns aux autres par des ponts d'or et d'argent liquide. Des centaines de flèches partaient du corps même de la tour dans des directions qui pouvaient sembler totalement aléatoires mais qui de fait formaient dans les ténèbres un signe cabalistique drainant les énergies du Warp en ce lieu de néant. Ainsi malgré l'impossibilité physique que cela n’arrive, des nuages bleu électriques, violets ou dorés se formaient autour de la construction, se lovant sous ses arches ou remontant le long de ses face miroitantes.

    Depuis des millénaires, ce lieu avait connu une douce quiétude, seulement animé par d'occasionnelles expériences magiques ratées. La tour était devenue un mythe parmi les adorateurs de Tzeentch, un sanctuaire du savoir où une formation était donnée à tous ceux qui servaient le dieu. Mais cette époque était révolue. Abbadon en avait décidé ainsi et malgré tout les pouvoirs du sorcier, la guerre était sur son sanctuaire.




    Le gigantesque cuirassé du chaos émergea du Warp, sortant avec soulagement de la tempête houleuse d'énergie pure qui entourait ce lieu reclus. Deux autres croiseurs du Chaos le suivirent rapidement et avancèrent en formation à ses cotés, leur proue menaçante pointée vers la tour. Malgré leur taille titanesque, les géants de l'espace paraissaient minuscules en comparaison de la structure des serviteurs du changement et leur coque noire et or semblait bien fade face à la merveille spatiale étincelante. Pourtant, l'œil jaune de la Black Legion leur donnait l'arrogance d'avancer face au sanctuaire et même d'en menacer le maître. Des essaims de chasseurs se mirent à entourer les trois bâtiments alors même que d’étranges machines virevoltaient dans l'espace alentour comme un avertissement de la part du sorcier qui était prêt à se battre pour conserver la quiétude de son étude.
  8. Alric Soledon Cipher

    Sur la passerelle de commandement, Solion, Gardien des Crânes, ancien membre de la légion des World Eaters et élu d'Abbadon se leva de son fauteuil de commandement, son armure terminator écarlate luisante de sang frais lui donnant une stature des plus imposantes. Il activa une communication directe avec la tour, un rictus de colère marquant ses traits. Après quelques hésitations, l'écran pix du cuirassé de classe Despoiler afficha l'image étrange du maître de la tour.

    Le sorcier de Tzeentch était glorieux dans son armure blanche parcourue d'éclairs bleutés. Il portait une épée dont la lame léchée par les flammes semblait se distordre sous les yeux mêmes du berserk de Khorne. Des visages moqueurs ne cessaient de paraitre à la surface de la l'épée comme de la cuirasse, et l'élu d'Abbadon sentit la colère monter au seul souvenir de leur jacassement incessant. Il connaissait ce sorcier et en voulait la mort mais le Maître de Guerre avait d'autres plans et il lui fallait parler avant de trancher.

    -Je suis Solion, Élu de Khorne, lieutenant d'Abbadon le Fléau, Destructeur de Khar Dunia. Je suis venu chercher Novus, Renégat Thousand Son, élu de Tzeentch, maître sorcier. Le fléau se prépare à lancer sa croisade noire et tous les serviteurs des dieux noirs doivent répondre à son appel.

    Sur l'écran pix, le berserk de Khorne put voir les centaines de visages parsemant l'armure de son rival mimer un rire moqueur. Le sorcier pour sa part restait immobile, son expression cachée par son casque ouvragé. Une voix sifflante finit cependant par retentir dans le strategium.

    -Je sais qui tu es, fou, et tu sais qui je suis. Tu sais aussi que je ne viendrais pas, que je n'ai rien à faire du Fléau comme je ne me souciais pas d'Horus. Ton destin t'a mené ici pour que jamais tu ne puisses t'enfuir mais pour ma part, mon chemin ne me mènera pas à Cadia.

    Le sorcier savait déjà depuis longtemps que le guerrier viendrait le chercher. Il savait que l'univers lui même allait être altéré par les projets d’Abbadon, mais il savait aussi que son rôle dans la Croisade Noire n'aurait aucune commune mesure avec celui qu'il se modelait depuis des siècles. Il était un serviteur de l'Architecte et il s'apprêtait à imprimer sa propre marque dans la trame du temps, en altérer la course et en changer le fil. Rien ne le détournerait de cette voie et l'affrontement à venir ne serait qu'une étape de plus vers l'accomplissement de ses desseins.

    -Tous les guerriers du Chaos se doivent de prendre part à la croisade !
    -Je ne suis pas un guerrier, rétorqua le Tzeentchite, je suis un sorcier, un modeleur de destin. Si tu souhaites être un chien de guerre obéissant libre à toi mais telle n'est pas ma voie.

    A travers la gigantesque sphère de cristal qui lui servait à communiquer, le sorcier put voir la colère et la haine déformer les traits de l'adorateur du dieu du sang. Ses serviteurs reculèrent prudemment alors même que d'un coup de poing de sa massive armure, il défonçait une console de son vaisseau.

    -Si tu n'es pas un guerrier, comment m'a tu combattu autrefois? Quel lâche es-tu pour te cacher dans ta tour alors que résonne l'appel des dieux? Viens sur le champ, ou je viendrai te chercher moi même au cœur de ton dédale !
    -Nul besoin n'est d'être un guerrier pour vaincre une loque telle que toi. Si tu veux me chercher, grand bien t'en fasse mais sache juste que seul le néant t'attend.

    Le sorcier savait plus que pertinemment que c'en était trop. La communication se coupa alors que les trois colosses de l'espace s'orientaient vers une trajectoire d'attaque de la tour. Tels étaient les serviteurs de Khorne, impulsifs et sanguins, fils d'un barbare dément, ils étaient des pions aisément manipulables pour un modeleur. Novus savait que ce boucher en particulier possédait une chose qui l'intéressait et ce n'était que pour cela qu'il avait été conduit jusqu'à la tour. Et qu'il y mourrait.
  9. Alric Soledon Cipher

    Les anneaux de la flèche s'étaient mis à tourner de plus en plus vite et dégageaient maintenant une lueur dorée, auréolant la tour d'un halo de lumière. Tels des oiseaux de mauvais augure se dirigeant vers le soleil, les trois vaisseaux noirs filaient à travers les cieux, entourés d'un ballet intense entre leurs chasseurs et les oiseaux de feu du repaire du sorcier. Des éclairs d'énergie pure partaient des flèches du sanctuaire avant de venir frapper les navires de la Black Legion, heurtant violemment leurs boucliers dans des éclats d'énergie aveuglants alors même que les pièces d'artillerie de ces derniers frappaient la structure cristalline, brisant ses façades en des milliers d'éclats scintillants se dispersant dans l'espace infini. Tel un oiseau contemplant les étranges facéties de deux géants terrestres, le sorcier observa la vaine charge des croiseurs chaotiques avant que le premier, parcourut d'éclairs en tout sens, n'explose dans une floraison de flammes rapidement étouffée par le vide. Les deux survivants tentaient tant bien que mal de poursuivre leur barrage de feu tout en continuant leur progression, mais Novus pouvait clairement voir que fragment après fragment, les mastodontes étaient disséqués par la magie de la tour.


    Le Despoiler augmentait de plus en plus l'énergie destinée à ses réacteurs alors même que ses boucliers étaient un à un surchargés par les attaques psychiques d'une puissance incroyable de la part des sorciers. Le croiseur de classe Carnage à son flanc finit par être disloqué par l'énergie concentrée contre lui, sa poupe comme sa proue séparées tandis que l'air s'échappait de ses couloirs laissés béants. Malgré la dévastation, la tour ne cessait de croitre devant les yeux de Solion le Boucher et telle était la seule chose qui lui importait. Les auspexs paniqués ne cessaient de gémir face au choc qui ne cessait de se rapprocher mais il n'en avait cure. D'un geste mille fois répété il mit en place le casque de son armure et vérifia l'attache de sa bannière dorsale avant de se diriger vers le les profondeurs de son vaisseau où sa compagnie s'était assemblée. Il avait su dès le départ que cet instant arriverait. Son seigneur lui avait confié la tâche de ramener le sorcier et il le ferait même si il serait plus mort que vif. Depuis des siècles, il trainait l'humiliation d'avoir été vaincu par ce traitre, et aujourd'hui, à la tête de ses meilleurs hommes, il allait profaner le paradis de son rival, l'inonder de sang et prendre la tête de son seigneur. Tel était son but, tel devait être son destin, le Seigneur des Crânes y pourvoirait.

    Il entra ainsi dans une salle aux murs blindés recouverts d'entrailles. L'odeur du sang et de la mort vinrent aux narines du seigneur beserk telle la plus douce des senteurs. Dans la lueur vermeille, il pouvait distinguer ses hommes: soixante quatre space marines, dévoués à lui et à Khorne. Huit fois huit, le chiffre sacré du sang.
  10. Alric Soledon Cipher

    Un fracas assourdissant retentit alors que le vaisseau percutait finalement la gigantesque structure, sa coque s'écrasant avant d'en percer les murs chatoyants. Dans la pièce renforcée, les berserkers ne firent pas plus d'un pas pour se stabiliser alors que les terminators ne prenaient même pas la peine de broncher. Une alarme se mit cependant à retentir violemment annonçant des dommages critiques mais Solion ne s'en souciait pas. Face à lui se trouvait sa Némésis et rien ne l'en détournerait. Prenant la tête de sa compagnie, il s'élança à travers les couloirs en désordres où meubles retournés et cadavres broyés se côtoyaient, témoins de la violence de l'éperonnage. Solion s’en moquait, tous pouvaient mourir tant que lui triomphait au final.

    Après quelques minutes de marche, son auspex lui annonça qu'il se trouvait non loin de la coque même du vaisseau et donc d'un accès a la forteresse du sorcier. Avec un beuglement animal, il cria alors le nom de son dieu et sa funeste formule en entrant dans un couloir à l'extrémité brisée et à travers laquelle on pouvait voir l'univers éclatant qui l'attendait. Il s'élança sans se soucier des cristaux qui commençaient déjà à envahir son ancien vaisseau. Le voile rouge était tombé devant ses yeux et une seule chose le ferait tomber.

    -Du sang pour le Dieu du Sang!




    Novus observait la progression de son ennemi à travers son orbe de cristal. Le barbare et ses hommes s'étaient jetés sur sa fine tour avec une folie que le sorcier n'avait même pas osé imaginer. Parmi tous les destins qu'il avait vu, celui ci était le plus absurde, et le plus dangereux!

    Les guerriers sanguinaires s'étaient plongés dans son sanctuaire, broyant de leurs semelles d'adamantium des fleurs de verres, réduisant à néant des murs de pensées, brûlant des tomes de savoir perdu. On ne pouvait les laisser saccager ce qu'ils ne comprenaient même pas ! Il fallait les détruire et le labyrinthe lui même en était capable.

Share This Page